​I'm your footer​​

You can add social links, copyright text etc. 

​Just click 'Show on all pages' and you can drag whatever you like to the footer. The header works the same way.

 

© 2023 by My One Pager. Proudly created with Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus

CRÊP SUR TON

CRÊP SUR TON

 

Idée et écriture

Ivano Torre

 

Réalisation

Gilles Coullet Ivano Torre

Crêp sur Ton,

est une lecture théâtrale-musicale en une clé grotesque de la situation mondiale actuelle dominé par les flux monétaires qui génèrent pouvoir, mensonge, agressivité et arrogance des dites pharmaceutiques qui main dans la main avec le pouvoir financier inventent maladies pour produire médicaments et plagier les mentalités de façon à continuer sans être dérangé  la domination sur tout et tous. La croissance des médicaments porte au malheur.

Crêp est le médecin, Ton le banquier. Ces deux personnages présentent à leurs actionnistes (le public) des numéros musicaux-théâtraux, mais il y a des imprévus qui bloquent l’avancée de leurs performances ; car elles se réactivent seulement avec l’argent.

Bientôt ils se rendent compte que de l’argent il en faut toujours plus… jusqu’à ce que Ton durant une performance au sax reste au sol pétrifié.

Le docteur Crêp tente de le réanimer avec des banque notes de mille  mais Ton n’a plus aucune réaction, il semble mort. La dernière tentative de réanimation est avec une vieille trombe qui à travers ses fréquences réanime miraculeusement Ton.

Une terrible crêpe commence à faire effriter et lacérer leur empire construit sur les valeurs qui écartent l’amour, le respect et la tolérance.

Les deux personnages entrent dans une profonde crise, prenant conscience de la catastrophe qu’ils ont créée en suivant les flux monétaires et, tourmentés de hurlements de douleurs de leur conscience profonde, se déshabillent s’arrachant leurs vêtements fait de structures, schémas, habitudes, certitudes, lois et forcements à travers une explosion de libération de la vie où le corps et la musique sont air, terre, eau, feu.

Jusqu’’à ce que les acteurs se métamorphosent en un cœur d’oiseaux où tout le théâtre devient une forêt.