BARON SAMEDI

Baron Samedi

 

Solo durée 60mn

 

Mise en scène: Claudio di Palma                Acteur/danseur: Gilles Coullet

       

Une figure spectrale qui entre le spiritisme et la spiritualité fait le spirituel. Une sorte inquiétante de clown polichinelle. Bouffon, éternellement affamé, de sa voix quérulente, nasale, renvoie vraiment au masque de la tradition Parthénopéenne, à laquelle, de plus, le rapproche son incessant désir amoureux et le symbolisme phallique lié à celui-ci.

 

Ce sera proprement dit son inassouvissable besoin de s'accoupler sexuelle­ment qui caractérisera aussi l'épilogue de la vieille légende. Une légende qui, en scène place principalement le corps comme narrateur. Un corps continuellement secoué, agité, dansé. Une légende qui est conteuse de luttes et de possessions, d'invocations rythmées. Les rites qui dans la réélaboration dramaturgique se célèbrent, sont surtout réinventés, contaminés, les styles superposent des liturgies différentes, conju­guent des langages lointains entre eux en un musical gramelot. Le créateur et le lien de tout cela est un homme avec son bâton, noir, masqué, démoniaque et farceur: un acteur, donc un danseur et même un officiant spécial: Baron Samedi.